Accueil > TICE > do•doc

do•doc

do•doc est plus qu’un logiciel, c’est une trousse à outils formidable qui simplifie l’usage du matériel mobile en classe et propose des fonctionnalités très intéressantes avec une interface très pratique.
L’installer sur un PC est assez simple mais l’installer et le paramétrer en milieu scolaire avec des contraintes de proxy et de pare-feu demande quelques étapes supplémentaires.

Sommaire

Découvrir do•doc

En installant une instance de do•doc sur un PC, on peut, depuis d’autres PC ou tablettes, créer des médias : texte, photo, enregistrement audio et vidéo que l’on range dans des projets.
Ces médias sont visibles depuis tous les équipements connectés à notre PC-do•doc, appelons-le le « serveur do•doc ». En plus de créer des médias on peut aussi les héberger et les partager.
Ensuite on utilise l’onglet « marmite » bouton depuis un pc ou une tablette pour assembler ces médias et former un « document page à page » (exporté en pdf ou en html), une vidéo (montage de vidéo, animation image par image, vidéo à la bande audio transformée, une vidéo à partir d’une photo et d’un enregistrement audio).

On peut :

  • tagger les médias pour les classer ;
  • créer et associer des auteurs à un projet

Une fois le logiciel lancé sur le PC du réseau, l’application est disponible sur les autres PC et sur les tablettes (quelque soit l’OS) par un navigateur web. On rejoint facilement un projet.

Intérêts

Dans une classe, do•doc est très intéressant pour différentes raisons :

  • Il permet de centraliser des fichiers sur une seule machine : les PC et tablettes connectés enregistrent les photos, vidéo, sons et texte facilement et ce quelque soit leur système d’exploitation.
  • C’est aussi un serveur de fichiers adapté aux PC et au matériel mobile.
  • do•doc est une réponse aux situations de production de texte collaboratives (textes + images) ; le traitement de texte paraîtra limité mais il permet de créer des textes structurés sans distraction.
  • C’est un bon système de production de vidéo d’animation, très accessible.
  • C’est une solution de montage vidéo simple et gratuite pour les écoles équipées de terminaux Android mais aussi pour les situations où le montage simple suffit.
  • Enfin, do•doc a une interface simple, bien conçue qui le rend accessible même au cycle 1.

Méthodologie

do•doc est conçu pour créer des documents « page » ou « vidéo » à partir de médias, rangés dans des projets en utilisant des recettes de la marmite. Ces médias peuvent êtres importés s’ils existent déjà ou être créés dans l’application, ce sont alors des captures.

Projets et médias

Mode opératoire d’un projet do•doc :

1. Sur le PC sur lequel do•doc a été installé, qu’on l’appellera « serveur do•doc », lancer le programme par un double-clic sur son icône icon.
2. Créer au moins un projet qui recevra les médias qui seront produits. Il peut être utile de créer des projets différents si on a plusieurs groupes d’élèves actifs en même temps. On peut ajouter une image de couverture au projet ainsi que des tags pour mieux le ranger et enfin des auteurs. On peut aussi créer un mot de passe pour l’accès au projet : PNG
Création d’un projet 1/2
Création d’un projet 2/2
3. Pour que les élèves se connectent à ce projet do•doc, on doit leur fournir l’adresse. Pour cela, on clique sur le bouton bouton qui affiche l’adresse de notre serveur-do•doc https://192.168.0.45:8080 dans l’exemple ci-contre, mais aussi un QR code pour le matériel mobile. On peut afficher aussi le QR code des projets et même des médias d’un projet :
Afficher le code QR du projet
4. Les PC et tablettes qui rejoindront un projet sur le serveur-do•doc doivent être connectés au même réseau local : sur une borne wifi du réseau. Il faut ensuite autoriser les navigateurs à accéder au serveur-do•doc [1] : Sozi
Sur Firefox pour Android
Sozi
Sur Firefox pour iOs
Sozi
Sur Firefox pour PC
5. Écran d’accueil d’une tablette (iPad avec Firefox) connectée, la liste des projets s’affichent, les élèves cliquent sur le projet dans lequel ils souhaitent ajouter des médias :
Un fois connecté la liste des projets s’affiche.
6. Une fois dans un projet, on peut réaliser trois types d’actions : capturer, importer et écrire.

bouton Capturer
Capturer, cela permet de créer des médias. Pour les utilisateurs connectés via un navigateur (tablette ou PC) les actions ne seront pas les mêmes en fonction des périphériques disponibles : un PC de bureau nécessitera au moins une webcam pour pouvoir capturer des photos et du son. Les iPads ne permettent pas d’utiliser la caméra et le micro via un navigateur :
Capturer et Importer sur iPad

Capturer des photos

Le bouton bouton « Photo » charge l’espace de prise de vue et le navigateur demande l’autorisation d’utiliser la caméra de l’appareil utilisé.

Si on a plusieurs caméras (ici un PC portable sur lequel on a une webcam avec un fil en USB et une webcam intégrée à l’écran) on peut choisir via le menu déroulant.
Autoriser l’utilisation de la caméra par le navigateur (ici une webcam sur un PC)
En cliquant sur bouton « Réglages », on peut changer de caméra ou de micro si on en a plusieurs connectés. On peut aussi choisir une résolution d’image :
Réglage de l’appareil photo
Après un appui sur le déclencheur bouton, la photo prise est affichée à l’utilisateur qui peut l’annuler pour la refaire, l’enregistrer et l’enregistrer dans les favoris. :
Refaire, enregistrer et enregistrer dans les favoris

Vidéos

bouton Vidéos. Un curseur permet de capturer les vidéos muettes. Le bouton bouton « Réglages » permet de choisir la résolution de l’image VGA / HD et Full HD (si la caméra en est capable). Il faut utiliser le bouton « Mettre à jour » pour que les réglages soient pris en compte.

Animation

bouton Animation permet de capturer des vidéos construites images par image. Une fois la première image prise, pour aider à composer correctement l’image avant de prendre chaque photo on bénéficie de l’effet « Pelure d’oignon » qui rend l’image transmise par la webcam (live) plus ou moins transparente et permet de visualiser la précédente. On peut aussi régler le nombre d’images par seconde de 2 à 30 :
Animation stopmotion
On capture des time-lapse en activant l’intervallomètre. À l’aide du bouton bouton à côté du déclencheur, on règle un intervalle automatique de prise de vue en secondes. Ainsi on peut construire des vidéos d’événements longs (ombre d’un objet placé au soleil, germination, ...). Attention cependant à ce que le matériel utilisé (terminal et serveur) soit alimenté par le secteur et que toutes les fonctions de veille soient désactivées...

Son

bouton Son. Enregistrer de l’audio, les élèves peuvent s’écouter et recommencer jusqu’à ce que le résultat soit satisfaisant :
Enrgistreur audio

Formes

bouton Formes, c’est un traitement de l’image direct qui transforme une capture photo en image vectorielle svg noir et blanc, par exemple :
PNG devient bouton

bouton Importer
Cette action permet d’importer des fichiers de la tablette ou du pc de l’utilisateur vers le serveur dans le projet. Les fichiers images sont reconnus (y compris le format vectoriel svg), les vidéos (mp4, mov, ...). Les pdf importés peuvent être directement insérés dans un document page. Les fichiers odt, doc, rtf et txt ne sont pas reconnus par contre les textes faits en markdown (.md) le sont (on peut donc changer l’extension .txt en .md avant de l’importer pour faire accepter un fichier texte).

bouton Écrire
Pour créer des textes. L’éditeur de textes est basique mais fonctionnel. Il peut exporter au format markdown (.md). Sur une tablette, on pourra se servir de la reconnaissance vocale pour dicter du texte :
Créer des textes

On peut passer de la vue projets à la vue médias et filtrer ceux que l’on a placés en favoris.

La marmite et les recettes

Mélangez les médias pour en créer de nouveaux ! La marmite contient 5 recettes...

Document page à page
page Cette recette permet de créer un document avec un format précis et plusieurs pages. Médias acceptés : images, vidéos, sons et textes. Créera un PDF imprimable (pour faire des affiches, tracts, journaux, etc.) ou une page web à mettre en ligne.
Cette page pdf a été créé avec la marmite. On peut aussi exporter la même recette en site web.

Montage vidéo
page Cette recette propose de créer un montage vidéo en mettant plusieurs vidéos ou images bout à bout. Médias acceptés : des vidéos et des images. Créera une nouvelle vidéo.
Cet exemple a été réalisé à partir d’une capture faite depuis une vieille tablette Android de 2013, une vidéo faite par un iPad importée dans le projet ainsi qu’une image svg. On peut bien sûr réaliser des montages avec des vidéos créées par les 3 recettes suivantes...

Animation image par image
page Cette recette permet l’assemblage d’un nombre illimité d’images pour créer une séquence vidéo dans laquelle elles défilent à une vitesse réglable. Médias acceptés : uniquement des images. Les dimensions de la première image détermine si la vidéo finale est en portrait ou paysage. Créera une nouvelle vidéo, voici un exemple à partir de quelques photographies. Cette recette n’aboutit pas au même résultat qu’une capture image par image (exemple)

Son sur une vidéo
page Cette recette prend une vidéo et une piste audio. Elle ajoute ou remplace la bande sonore de la vidéo avec celle qui est sélectionnée. Médias acceptés : une vidéo et une piste sonore. Créera une nouvelle vidéo de la durée du plus long média. Un exemple à partir d’une vidéo muette et d’une capture animation.

Son sur une image
page Cette recette prend une image et une piste audio. Elle permet de créer des images parlantes. Médias acceptés : une image et une piste sonore. Créera une vidéo de la durée de la piste sonore. Un exemple.

Sauvegarde et transfert

Des projets importants avec de nombreux médias sont précieux. Pour sauvegarder le contenu de do•doc le plus simple sur Windows et de copier le dossier dodoc2 qui est dans « Documents » de l’utilisateur Windows, et voilà... Sur Gnu/Linux la manipulation est la même (dodoc2 dans le dossier « Documents » de l’utilisateur).

Pour sauvegarder un projet en particulier, on sauvegarde le dossier qui a le nom de ce projet dans dodoc2.

On verra par la suite que sur un PC avec plusieurs utilisateurs, chaque dossier dodoc2 est indépendant. Conséquence selon quel utilisateur lance do•doc les terminaux connectés ne verront pas les mêmes projets !

Pour déménager un do•doc d’un PC à un autre (ou d’un utilisateur à un autre), il suffit de copier le dossier dodoc2.

Installer do•doc

C’est facile : on télécharge, on installe, on lance et c’est prêt.

Il faut donc commencer par télécharger la version qui nous correspond (Gnu, Win ou Mac) ici : sur le site de l’atelier des chercheurs.

Il se peut que votre Windows soit réglé pour bloquer le fichier téléchargé. Si le lancement de logiciel d’installation produit ce message, cliquer sur « Ne pas exécuter », car il faut débloquer le fichier :
Il faut débloquer le fichier d’installation...
Faire un clic-droit sur le fichier pour afficher les propriétés :
Clic-droit -> Propriétés
Cocher « Débloquer » en face de « Sécurité » :
Cocher « Débloquer »

Une fois lancé, do•doc offre la même interface qu’aux terminaux connectés. On peut aussi travailler sur le pc qui fait serveur do•doc :

Le logiciel do.doc une fois lancé

Installer do•doc en milieu hostile

Proxy filtrant

Quand on veut installer do•doc sur les PC d’une école qui utilisent un proxy pour filtrer les requêtes internet, on risque de se heurter à des problèmes de connexion entre les clients (PC et tablettes) vers notre serveur-do•doc.
Si malgré avoir vérifié que tout le matériel est connecté sur le même réseau (seul le dernier nombre de leur IPv4 doit différer) des clients ne se connectent pas au serveur, c’est qu’il y a probablement un proxy à franchir. Ordinairement on règle les PC pour qu’ils ne passent pas par le proxy pour les adresses locales, mais ce n’est pas toujours fait. Pour les tablettes, il faut apprendre à Android [2] à contourner le proxy et pour iOS... il faut choisir : internet ou do•doc car on peut pas établir d’exception depuis une tablette.

On n’a en général pas la possibilité d’intervenir sur ce proxy, mais on peut indiquer au matériel qu’on utilise de ne pas passer par le proxy pour certaines adresses du réseau local.
Voir le tutoriel : Sozi do•doc et les serveurs proxy

Installer do•doc pour tous les utilisateurs du PC

Le matériel des écoles est en général installé pour des « utilisateurs standards », c’est à dire sans les privilèges d’installation.

Les utilisateur standard peuvent installer des instances do•doc... Hélas, elles ne seront accessibles que sur ce PC car le pare-feu Windows en bloquera l’accès depuis les autres PC et tablettes et qui sera difficile de régler cela sans les droits admin.

Si un technicien installe do•doc sans rien régler, il ne sera malheureusement pas disponible pour tout le monde [3].

La solution a priori « Tout-terrain » consiste à déménager do•doc après l’installation pour le rendre accessible à tous les utilisateurs du PC ce qui facilite aussi les réglages de pare-feu car on ne déclare qu’une seule instance. Pour cela il faut les droits d’administrateur. L’endroit le plus indiqué semble être le dossier AppData/Programs de l’utilistateur Default. Dans l’exemple ci-contre le dossier C :\Users\Adminisnistrateur\AppData\Programs qui contient « dodoc » est déplacé dans C :\Users\Default\AppData :
Déménagement vers le dossier de l’utilisateur Default
L’étape suivante consiste à mettre à jour le raccourci créé sur le bureau. Clic-droit → « Propiétés » sur le raccourci et remplacement de « Administrateur » par « Default » dans les deux adresses. On peut ensuite déplacer ce raccourci dans le dossier C :\Users\Public\Desktop pour qu’il soit affiché sur les bureaux de tous les utilisateurs du PC :
Mise à jour du raccourci

Pare Feu Windows

S’il n’y a pas de problème de serveur proxy et que les PC et les tablettes ne peuvent pas accéder à un pc-do•doc... peut-être le pare feu de Windows est-il mal réglé ?
Normalement au premier lancement de do•doc, Windows demande si on souhaite débloquer le programme dans le pare-feu pour les réseaux privés et publics :
Autoriser do•doc dans le pare-feu de Windows
Logiquement, on devrait répondre oui seulement pour les réseaux privés. Mais, si la connexion du PC a été étiquetée comme « Réseau Public », comme c’est parfois le cas avec les connexions wifi ou les connexions créées par un utilisateur standard... c’est cuit.
D’autant que pour passer un réseau public en réseau privé dans Windows dans le centre réseau et partage de Windows en cliquant sur la nature du réseau, il faut avoir des privilèges d’administrateur :
Rendre privé un réseau public de Windows
Pour vérifier cela, on va se rendre dans les réglages du pare-feu :
Panneaux de configuration → « Pare-feu de Windows » → « Autoriser un programme ou une fonctionnalité ». Si ce n’est pas le cas on l’ajoute par le bouton « Autoriser une autre application » . Dans le paragraphe précédent, on a appris où trouver l’application do•doc. À l’installation, elle est dans le dossier de l’utilisateur (admin) AppData/Local/Programs/dodoc (dossier caché par défaut) :
do•doc est-il bien autorisé dans le pare-feu ?

[1car celui-ci utilise un certificat auto-signé pour le https

[2Pour les utilisateurs de tablettes Samsung, les réglages de proxy et d’exceptions sont propagés par SmartSwicth, il sera donc facile d’intégrer ce réglage dans l’« image » d’une tablette qu’on restaure sur le reste d’une flotte. La case « Internet » est normalement cochée par défaut :

Sauvegarde et restauration de tablettes avec SmartSwitch

[3la version de do•doc au moment de la rédaction de cet article est la 8.1.1, elle ne permet pas de choisir l’emplacement de l’installation, celle-ci se fait dans le dossier AppData/Programs de l’utilisateur qui lance le programme d’installation.